EPHEMERIDES DE DECEMBRE 2000

Pleine Lune le 11 à 09 h 04 TU (10 h 04 local)

Nouvelle Lune le 25 à 17 h 23 TU (18 h 23 local)

Le premier décembre à 12 h 00, nous serons le 2 451 880éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Sagittaire à celui du Capricorne le 21 à 13 h 28 TU (14 h 28 local)

^ _ ` a b c d e f g h i

Le diesel toxique pour les voies aériennes même à faibles doses

La pollution urbaine doit beaucoup à l’automobile et les gaz d’échappement qui contiennent des produits de combustion du diesel ne sont pas les moins toxiques. Ces derniers incluent notamment des gaz, des substances organiques volatiles et des particules respirables, du fait de leur diamètre aérodynamique qui est de l'ordre de 10 microns.

L'augmentation de la concentration de ces particules favoriserait des poussées aiguës de certaines maladies respiratoires et cardiovasculaires, au point de représenter une cause non négligeable de mortalité et de morbidité, tout au moins dans les mégalopoles les plus polluées.

Une étude contrôlée, de type croisé, démontre de manière expérimentale les effets néfastes d'une inhalation de ces particules (200 microgrammes/ m3) sur les voies aériennes de 10 volontaires sains et non tumeurs. Ceux-ci ont été exposés pendant 2 heures à ces particules ou à l'air ambiant, selon une séquence tirée au sort, chaque sujet étant son propre témoin. Les paramètres cardiovasculaires et spirométriques sont restés stables dans les suites immédiates et plus tardives (24 heures) de l'expérience.

En revanche, les taux de CO dans le gaz expiré ont augmenté après exposition au diesel pour atteindre un pic au bout d'une heure (air : 2,9 ± 0,2 ppm; diesel : 4,4 ± 0,3 ppm; p< 0,001). Quatre heures après celle-ci et comparativement à l'exposition à l'air, l'expectoration contenait plus de polynucléaires neutrophiles (41± 4 % vs 32± 4%; p< 0,01) et de myéloperoxydase (151 vs 115 ng/ml; p <0,01), mais aucun syndrome inflammatoire n'a été mis en évidence dans le sang périphérique.

Cette étude expérimentale suggère que l'exposition à des concentrations élevées de particules de diesel, même pendant une durée relativement brève, peut provoquer une inflammation des voies aériennes chez le volontaire sain. Un argument de plus pour les Verts.

Ph T

Nightingale JA et coll. :"Airway inflammation after controlled exposure to Diesel exhaut particulates." Am J

Resp Critic Care Med 2000; 162:161-166.

  • retour sommaire éphémérides mensuelles
  • retour sommaire thèmes des éphémérides
  • retour sommaire général