EPHEMERIDES DE NOVEMBRE 2001

Pleines Lunes le 01 à 05 h 42 TU (06 h 42 local) et le 30 à 20 h 50 (21 h 50 local)

Nouvelle Lune le 15 à 06 h 41 TU (07 h 41 local)

Le premier novembre à 12 h 00, nous serons le 2 452 215éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Scorpion à celui du sagittaire le 22 à 06 h 02 TU (07 h 02 local)

31/1er fête de la réunion ; 1er/2 fête des défunts ; 2/3 3ème nuit de Samain ; 15/16 fête de la sagesse dédiée au Dieu Ogmios ; 30/1er 1er Dumanni 4375

^ _ ` a b c d e f g h i

le calendrier celtique

Ce calendrier s’inspire pour sa partie astronomique et mathématique, du calendrier de Coligny et de la thèse que monsieur Monard lui a consacré ( histoire de calendrier gaulois, le calendrier de Coligny, éd. Burillier).

Conformement au plus ancien usage indo-européen, c’est un calendrier lunaire, l’année lunaire appelée Blidnis (pluriel Blidnes) comprend donc 12 ou 13 lunaisons.

Le mois (MINS en gaulois) correspond à une lunaison complète. Comme le temps moyen d’une lunaison est de 29,53 jours, des mois de 29 jours alternent donc avec des mois de 30 jours. Les mois sont au nominatif singulier dans le titre (exemple Samonios) et au génitif singulier dans la liste des Lates (I Samoni = 1er de Samonios).

Cette année de 4375 est la septième d’un siècle trentenaire qui a commencé le soir du 8 octobre 1995 et s’achèvera en 2025. Elle se compose de six mois de trente jours (Samonios, Riuros, Ogronios, Cutios, Simiuisonios, Edrinios) et de six mois de 29 jours (Dumannios, Anagantios, Giamonios, Equos, Cantlos). Il n'y a pas cette année de mois intercalaire et le mois à durée variable (29 ou 30 jours) Equos comporte cette année 29 jours pour que le I Elembiui qui correspond à la grande fête de la Lugnasad, tombe exactement sur la Pleine Lune. Comme l'année lunaire de 12 lunaisons dure en moyenne 354,3669 jours et que l'année solaire dure en moyenne 365,2422 jours, l'année lunaire est donc plus courte de 10,8753 jours par rapport à l'année solaire. Pour éviter ce décalage, on insère presque tous les 30 mois un mois intercalaire dit embolismique : alternativement Ciallosbuis Sonnocingos (entre Cutios et Giamonos) et Mldx (entre Cantlos et Samonios), compté en tête de l'année suivante. On aura donc, tous les deux ans et demi, une année à treize mois (comme en 4374). On peut aussi jouer sur la longueur d'Equos mentionnée ci-dessus.

Le nycthémère qui est l'unité de base, compte une nuit (Noxs) suivie d'un jour (Diies). Cette unité s'appelle Latis (au pluriel Lates), c'est pourquoi chaque Latis correspond à deux jours du calendrier grégorien, car il commence au soir du premier jour pour s'achever au soir du deuxième. Le changement de date s'effectue au coucher du soleil et non à minuit (cf. les notations des levers de la lune).

Il n'y a pas de semaine mais chaque mois se compose de deux demi-mois. Le premier, à lune décroissante, comprend toujours 15 Lates et va de la PL à la NL. L'échéance de la NL est dite Atenoux abréviation d'Atenouxtio qui signifie "renouvellement". Le deuxième, à lune croissante de NL à PL, comprend 15 ou 14 Lates selon que le mois est de 30 ou 29 jours.

Il a aussi existé un comptage superpose en neuvaines (Noviolates) marqué par la note EXO dans le calendrier de Coligny.

Cinq années forment un lustre dit Quimon, un lustre totalise 62 lunaisons comprenant 60 mois normaux et deux mois embolismiques, cinq fois sur six.

1°/ Midx situé en début de lustre. C'est l'abréviation de "Mins in dueixtionu (mois en doublement).

20/ Ciallosbuis Sonnocingos (indexation de la marche du soleil) se place en milieu de lustre, entre le sixième et le septième mois de la troisième année.

Six lustres ou 30 années solaires (soit 371 ou 372 mois lunaires) forment un siècle appelé Saitlon.

En règle générale, le premier lustre d'un siècle ne comprend que 61 lunaisons car le mois Midx est omis en début de siècle, sauf exception tous les 630 ans.

Pourquoi l'année 4375?

En - 2373, l'équinoxe d'automne a coïncidé avec une PL et peut-être une éclipse lunaire. On peut prendre comme "année zéro" cette année du fait de cette coïncidence astronomique. L'année qui commence au soir du 31 octobre 2001 pour s'achever au soir du 21 octobre 2002 correspond dans ce cadre à l'année 4375 de l'ère celtique. Il existe aussi d'autres hypothèses possibles (voir les calendriers proposés par d'autres groupes druidiques), comme la bataille de Mag Tured ou l'arrivée des Celtes en Europe.

Les fêtes :

Les cinq grandes fêtes celtiques sont:

- I Samoni : Samain (Uegilia Samoni).

- I Riuri : fête d'Epona (Uegilia Eponas).

- I Anaganti : Imbolc (Uegilia Brigantias).

- I Giamoni : Beltaine (Belotepnia).

- I Elembiui : Lugnasad (Lugi Naissatis).

Existaient aussi des fêtes solaires pré-celtiques (solstices et équinoxes) et des événements zodiacaux. Les fêtes de NL n'étaient pas mentionées dans le calendrier de Coligny mais étaient peut être fêtées localement. Les attributions d'un arbre, ou d'une Divinité, à un mois reposent simplement sur des hypothèses contemporaines peut-être erronées.

Un calendrier luni-solaire

Parallèlement à l'année lunaire, d'origine typiquement indo-européenne, les Druides géraient aussi à d'autres fins le suivi de l'année solaire (l'année tropique des astronomes). Appelée Sonnocinxs (au génitif Sonnocingos) ce qui signifie "marche du Soleil", elle était divisée en douze tranches zodiacales appelées Prinnioi (nominatif pluriel de Prinnios).

Ce système remontait à la préhistoire préceltique comme nous le prouve certains ensembles mégalithiques. Le mot gaulois Prinnios (frondaison) ici utilisé pour désigner une constellation fait référence à l'arbre (Prennes), ceci permet donc d'imaginer que nos ancêtres utilisaient un zodiaque végétal.

Les indications de début de périodes zodiacales dans le calendrier de Coligny, ainsi que certains textes irlandais et médiévaux peuvent s'interpréter dans ce sens.

Quelques mots clés peuvent aussi être identifiés dans le poème cambrien Cad Goddeu (Le Combat des Arbres) attribué à Taliésin.

On peut avoir à la fois une correspondance mois/arbre lunaire et une imputation végétale pour chaque mois zodiacal. Les arbres correspondant aux mois et aux constellations n'étant pas forcément les mêmes.

La confrontation des travaux de divers chercheurs quant au découpage zodiacal et aux références végétales afférentes indique un système à plusieurs niveaux:

- Arbre-maître pour chaque trimestre.

- Arbre-constellation du mois zodiacal.

- Division en demi-mois avec imputations particulières.

Il existait deux autres systèmes concurrents : un cycle annuel de 24 arbres ou arbustes et un cycle semestriel de 12 arbres (ou arbustes) défilant deux fois durant l'année tropique.

Un découpage par décans est aussi possible, nous ne l'avons pas indiqué ici pour ne pas tout compliquer. Le vieux celtique utilisait le mot Decamnoxtiacon pour exprimer cette notion de décan.

Ces indications sont extraites du calendrier celtique, édité par le Groupe Druidique des Gaules.

Message, Groupe Druidique des Gaules

MONTVAL 71 520 BOURGVILAIN

http://perso.worldonline.fr/groupedruidiquedesgaules

 

  • retour sommaire éphémérides mensuelles
  • retour sommaire thèmes des éphémérides
  • retour sommaire général