Ephémérides de octobre 2013

Pleine Lune le 18 à 23 h 39 (le 19 à 01 h 39 locale), Nouvelle Lune le 05 à 00 h 36 TU (02 h 36 locale) ? et une éclipse pénombriale de lune le 18 à 23 h 51.

Le 1er octobre à 12 h 00, nous serons le 2 456 567éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe de la Balance à celui du Scorpion le 23 à 06 h 11 TU (08 h 11 locale)

30 sept/1er oct : XIV Edrini 4386 : Eulaxsus (fête de la Sagesse) ; 01/02 : XV Edrini : Noxs Danouon (Nuit des dons) ; 02/03 : I At Edrini : Uegilia Udaras (fête de la loutre) ; 17/18 oct. : I Cantli 4386 : Uegilia Sucelli (Sucellos) ; Cantlos : mois dédié à Sucellos et au hêtre (bagos).

^ _ ` a b c d e f g h i

Pourquoi fumer donne envie de boire


            Tous les fumeurs le savent, et les alcooliques le confirment: il n'y a rien de pire qu'une soirée entre fumeurs pour donner envie d'un bon verre de bière ou d'alcool. Dans le jargon de l'addictologie, c'est la " dépendance croisée ". L'effet est si puissant qu'on s'interroge: que se passe-t-il dans le cerveau pour que ces besoins soient associés ?

            Des neurobiologistes de l'Université Baylor de Houston viennent de découvrir chez des rats que la nicotine, en une seule prise, suffit à changer la façon dont le cerveau réagit à l'alcool. La nicotine modifie la sensibilité de certains neurones du plaisir (des neurones à dopamine, une molécule associée au plaisir) à l'alcool: en fait, les neurones deviennent moins sensibles à l'alcool, et le fumeur doit absorber des quantités plus importantes de breuvage pour obtenir un plaisir égal. Ce qui pousserait les fumeurs à augmenter les doses d'alcool ingérées.

            La découverte la plus importante des chercheurs a été de montrer que la nicotine exerce ses effets par l'intermédiaire d'une hormone du stress, la corticostérone. Cette molécule du stress est libérée en abondance lors d'une prise de nicotine et entraîne une perte de sensibilité des neurones du plaisir en provoquant la libération d'une molécule inhibitrice nommée GABA. L'enchaînement précis des réactions moléculaires est le suivant: libération de l'hormone du stress, fixation de cette hormone sur ses récepteurs, libération de GABA inhibiteur qui entraîne une perte de sensibilité des neurones à dopamine de l'aire tegmentale ventrale, ce qui pousse à boire davantage. Cet effet semble perdurer une quinzaine d'heures chez le rat. Sans doute plus chez l'homme.

W. Doyon et al., in Neuron, vol. 79, p. 1, 2013

        Voilà qui montre bien le gachis du tabagisme, que ce soit d’ailleurs en buvant plus d’alcool, mais aussi pour tout ce qui apporte du plaisir: les boissons fruitées, les nourritures sous toutes leurs formes et préparations, mais aussi en plus des plaisirs gustatifs et olfactifs, les plaisirs visuels, auditifs et tactiles; et toutes sortes de sensations qui seront de plus en plus difficiles à retrouver juste à cause du tabac, car le tabac en dégradant les fonctions vitales limitent les capacités d’augmention de toutes ces ivresses.

        Pauvres héros qui prennent une cigarette pour mieux savourer un plaisir ou un verre d'alcool dans un film … ce n’est que du cinéma!