Ephémérides de octobre 2008

Pleine Lune le 14 à 20 h 04 (22 h 04 locale) Nouvelle Lune le 28 à 23 h 15 TU (01 h 15 locale le 29)

Le 1er octobre à 12 h 00, nous serons le 2 454 741éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe de la Balance à celui du Scorpion le 23 à 01 h 10 TU (03 h 10 locale)

30 septt/1er oct : III At Edrini 4381 ; 13/14 oct : I Cantli 4381 : mois dédié à Sucellos et au hêtre (bagos).

^ _ ` a b c d e f g h i

Eau minérale ou bouillon de culture ?

 

La scène, rapportée par le Lancet Infectious Diseases, se déroule à Belfast en juillet dernier lors du meeting annuel de la Society for Applied Microbiology. Gilbert L., du Centre d’Assurance Qualité d’une grande société agro-alimentaire, monte à la tribune pour évoquer les propriétés microbiologiques des eaux en bouteilles. Après avoir rappelé que les (trop) longs séjours des bouteilles sur les étagères expliquent pour une grande part les taux élevés [de bactéries] qu’on y trouve habituellement, il poursuit en précisant que, d’évidence, le phénomène n’expose à aucun risque particulier pour la santé et finit sur cette phrase péremptoire qu’aucun cas ni épidémie d’infections n’a pu être attribuée à l’eau minérale embouteillée.

Voilà, à n’en pas douter pour notre rapporteur du Lancet, une affirmation "interesting". Pourquoi ? La raison n’est pas bien loin, cachée à à peine quelques mètres de l’affirmatif conférencier dans une pile de revues médicales récentes qui traîne sur une table d’une salle voisine. Il s’agit, en l’occurrence, d’un rapport de Tim Eckmanns et al., de l’Institut Robert Koch en Allemagne, publié dans Clin Microbiol Infect (2008 ; 14 : 454) et concernant une épidémie d’infections à Pseudomonas aeruginosa ayant touché six unités de soins intensifs à Berlin : on y apprend que le pyocyanique pathogène, comparé génétiquement à plus de 100 isolats bactériens provenant de l’environnement des malades, n’était semblable en électrophorèse en champs pulsés qu’à un micro-organisme du même genre provenant d’une bouteille d’eau minérale qui n’avait jamais été ouverte. Au vu de ces données, les auteurs allemands décidèrent d’interdire toute nouvelle introduction de bouteilles dans les zones sensibles, et de les remplacer par des flacons stérilisés ou filtrés. Les résultats ne se firent guère attendre, les taux de colonisations et d’infections s’étant déjà amendés deux semaines plus tard…

Les eaux en bouteilles ne seraient donc, contrairement à une idée largement répandue, ni plus "vertes" ni plus sûres que l’eau du robinet. Certains affirmaient, récemment, que le packaging et le transport longues distances des eaux embouteillées en verre ou plastique représentaient à eux seuls un véritable non-sens écologique. Les bactériologistes, quant à eux, savent depuis longtemps que ces eaux sont tout sauf stériles : l’une des démonstrations les plus éloquentes remonte à plus de 20 ans, avec la description, entre autres, de Staphylocoques epidermidis (bactérie indicatrice d’une contamination d’origine humaine) dans des eaux de consommation. Un ensemble de faits qui devrait en faire réfléchir certains, n’est-il pas ?


Dr Jack Breuil

Dixon B. : Bottled water and bacteria. Lancet Infectious Diseases 2008 ; 8: 590.

 

l’eau est pourrie, une partie de l’humanité crève la faim, une autre crève de surcharges, les abeilles vont bientôt disparaître et finalement nous aussi, et la seule chose importante est de " sauver " les banques

 

VANITAS VANITATUM OMNIA VANITAS

l'Ecclésiaste 1, 2