EPHEMERIDES D’OCTOBRE 2001

Pleine Lune le 02 à 13 h 50 TU (15 h 50 local)

Nouvelle Lune le 16 à 19 h 24 TU (21 h 24 local)

Le premier octobre à 12 h 00, nous serons le 2 452 184éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe de la Balance à celui du Scorpion le 23 à 08 h 27 TU (10 h 27 local)

^ _ ` a b c d e f g h i

… poussières celtiques …


Il y a bien longtemps, le peuple Celte fêtait le Samain, début et fin de leur année. Cette fête celte pouvait durer jusqu'à 15 jours pendant lesquelles les habitants se grimaient et se costumaient. Ainsi, l'année débutera le soir du 31octobre 2001, nuit de pleine Lune (à 05 h 42 le 1er novembre), correspondance avec l'automne, le soir et on sera le 1er  samoni 4375 du calendrier celtique.
Les Druides de l'antiquité ne voulaient pas écrire la doctrine sacrée. Cette volonté ouvertement affichée avait notamment pour objet de ne pas figer le Verbe dans des mots humains.
Ainsi seul le philosophe, l'Initié, était capable d'interpréter le sacré. Nul ne pouvait accéder à la puissance du Verbe sans avoir été initié oralement par un Maître. D'où le drame que représente l'ethnocide culturel et cultuel de la romanisation et de surtout de la christianisation. Lorsque " ceux qui savaient " furent dispersés et/ou tués, que les lieux de savoir furent profanés (et souvent détournés de leur but originel) les rares païens qui avaient survécu furent incapables de renouer le lien magique entre le monde des hommes et celui des Dieux. Cette rupture dramatique est toujours d'actualité malgré plusieurs siècles de recherches sur nos racines celto-druidiques.
Sans ancienne transcription par écrit, toutes les reconstitutions modernes sont donc probablement complètement fausses (au mieux approximatives). Les rites sacrificiels ou héroïques retrouvés par les archéologues dans des sanctuaires comme Gournay sur Aronde, Ribemont sur Ancre ou Vertault ne correspondent pas aux expressions de la spiritualité contemporaine.
Les recherches contemporaines butent sur un autre écueil, il est relativement facile de reconstituer le panthéon celtique d'après la documentation gallo-romaine, l'étude comparée des religions, etc…
On arrive à peu près à comprendre ce premier niveau d'interprétation symbolique, mais, dès que l'on cherche à cerner la pensée métaphysique, spirituelle, philosophique, on manque de source celtique (toujours cette non-transcription écrite de la doctrine sacrée).
On est alors tenté de s'inspirer soit du christianisme irlandais (au risque de mélanger le substrat druidique aux censures et rajouts des moines copistes) soit d'autres traditions comme la philosophie grecque ou l'Hindouisme.
Notons que :
- le Pythagorisme était (dans l'antiquité) considéré comme très proche du Druidisme.
- les historiens considèrent que, lorsque les Indo-Européens se sont divisés en deux branches (l'une allant en Europe, l'autre en Indes), leur religion Druidisme et Hindouisme ont gardé de nombreuses similitudes.
	Par contre il y a aussi de nombreuses différences dues à des millénaires d'influences divergentes. Ainsi, rien n'indique que les Celtes appliquaient un système de caste aussi rigide et diversifié que celui de l'Inde actuelle.
  • retour sommaire éphémérides mensuelles
  • retour sommaire thèmes des éphémérides
  • retour sommaire général