Ephémérides de septembre 2013

Pleine Lune le 19 à 11 h 14 (13 h 14 locale), Nouvelle Lune le 05 à 11 h 37 TU (13 h 37 locale)

Le 1er septembre à 12 h 00, nous serons le 2 456 537éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe de la Vierge à celui de la Balance le 22 à 20 h 45 TU (22 h 45 locale)

31 août/1er sept : XIII Elembiui  4386 ; 01/02 : XIV Elembiui : Noxs Soibarion (Fête des Fées)/ 03/04 : I At Elembiui : Minmantiatiom Noxs (3 ème nuit des mères) : 17/18 : I Edrini : Uegilia Maponi (fête de Maponos) ; Edrinios : mois dédié à Maponos et au pommier (Aballos) . 21/22 : Alban Elued Equinoxe d’Automne et sommet d’abondance.

 

^ _ ` a b c d e f g h i

Vitamine D: des effets qui restent à prouver

            Prévention du diabète, de l'obésité, de la sclérose en plaques, des cancers, des maladies cardio-vasculaires: la presse grand public n'en finit pas de gloser sur les mérites de la vitamine D. Selon l’académie de médecine, il faudrait revoir à la hausse les recommandations d'apports quotidiens et corriger par supplémentation une carence qui toucherait largement la population française. En réalité, les vertus que l'on prête à cette vitamine sont loin d'être scientifiquement étayées. Ses bienfaits sur les os sont indiscutables, mais les preuves dans d'autres pathologies ne sont pas établies.

Un bénéfice sur le squelette

            Le recul du rachitisme chez les enfants sous nos latitudes est à mettre au crédit de la supplémentation en vitamine D, associée à des aliments riches en calcium. Chez les personnes âgées, elle a aussi une place reconnue. Un récent article(') passant au crible onze études sur le sujet a montré que le nombre de fractures chez les plus de 65 ans baissait à partir d'un apport quotidien de 800 unités internationales (UI). Le mécanisme est connu: la vitamine D facilite l'absorption du calcium par l'intestin, ce qui favorise la minéralisation des os.

Des hypothèses à confirmer

            D'un point de vue biochimique, l'idée que la vitamine D contribue à la prévention de nombreuses maladies se tient, car les récepteurs adéquats sont présents dans la plupart des tissus humains. D'ailleurs, des expériences en laboratoire vont dans ce sens. Mais cela ne constitue pas une preuve suffisante. Tout au plus ces travaux posent-ils des hypothèses qui demandent à être vérifiées sur les populations. Et c'est là que le bât blesse. Certes, des chercheurs ont constaté au cours d'études observationnelles que les personnes ayant les plus bas taux de vitamine D sont plus souvent touchées par le cancer ou d'autres maladies. Mais ce lien n'est pas nécessairement de cause à effet. La faible concentration en vitamine D peut être aussi bien la conséquence que la cause de la pathologie, Par exemple, un cancer, en obligeant à rester enfermé, empêche de profiter du soleil et peut entraîner une carence.

        Pour déterminer le rôle exact de la vitamine D dans les maladies non osseuses, l'idéal serait de disposer d'études non pas observationnelles mais interventionnelles, c'est-à-dire d'essais au cours desquels une dose définie de vitamine D est donnée à un groupe de personnes pendant qu'un autre groupe n'en prend pas. C'est seulement en comparant l'état de santé des deux groupes à l'issue d'une longue période que l'on peut estimer les propriétés réelles de la vitamine D. De nombreux travaux de ce type ont été lancés et leurs résultats sont attendus avec impatience!

Qui est concerné?

            En l'absence de certitudes sur les effets extraosseux de la vitamine D, c'est la probabilité de développer une maladie osseuse qui doit guider la décision de supplémenter. Pour les enfants en bas âge, le dosage sanguin préalable n'est pas requis, les besoins en vitamine D étant avérés au regard du risque de rachitisme et de la faible exposition au soleil. Chez les adultes, des douleurs osseuses et musculaires peuvent être le signe d'une carence. Si la prise de sang montre un taux inférieur à 20 ng/ml, une supplémentation sera sans doute prescrite. Les personnes âgées qui sortent peu et ne prennent pas le soleil, celles souffrant d'ostéoporose, ainsi que les personnes à peau pigmentée qui synthétisent moins bien la vitamine D au soleil, sont susceptibles de développer une carence. Pour les autres, le mieux est, de s'exposer un peu sans protection chaque fois que c'est possible. Se supplémenter " au cas où " ne présente pas de danger à condition de ne pas abuser, car un excès de vitamine D peut entraîner la formation de calculs rénaux.

Anne-Sophie Stamane

Extrait de QUE CHOISIR SANTE - N°68 - Janvier 2013

(1) "A pooled analysis of vitamin D dose requirements for fracture prevention", New England journal of Medicine, 05/7/12.