Ephémérides dAoût

Pleine Lune le 28 à 10 h 36 (12 h 36 locale) avec une éclipse de lune totale, Nouvelle Lune le 12 à 23 h 04 TU (01 h 04 le 13 locale)

Le 1er août à 12 h 00, nous serons le 2 454 314éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Lion à celui de la Vierge le 23 à 12 h 09 TU (14 h 09 locale)

31 juillet/1er août : IIII Elembiui 4380  ; 10/11 août: XIV Elembiui : Noxs Soibarion (Fête des Fées). 26/27 août : I Edrini : mois dédié à Maponos et au pommier (Aballos)

 

^ _ ` a b c d e f g h i

 

Le mois d’août est sexuel ! !

Le temps d’un sondage, la France peut pousser un petit cocorico (sexuel)

Publié le 26/07/2007

Paris, le jeudi 26 juillet 2007 – Les sondages se suivent et paraissent ne pas se ressembler : la maxime ne se vérifie pas seulement en période électorale. Alors qu’un récent sondage réalisé par Harris Interractive dans 26 pays pour le fabricant de préservatifs Durex avait révélé qu’en matière de fréquence des rapports sexuels, la France ne se situait qu’à peine dans le peloton de tête, à la 11ème place, une nouvelle enquête permet de restaurer quelque peu l’image du french séducteur. Un sondage réalisé en ligne du 31 mai au 12 juin auprès de 4 446 personnes âgées de 16 à 64 ans en France, Allemagne, Espagne, Grande-Bretagne, Etats-Unis et 984 personnes âgées de 18 à 64 ans en Italie par Novatris/Harris Interractive pour l’Express et France 24 révèle en effet qu’avec 8,9 relations sexuelles par mois en moyenne, les Français donneur de leur vie sexuelle les résultats les plus flatteurs, tandis que les modestes britanniques n’avouent que 5,8 relations sexuelles. La fréquence des activités amoureuses n’est pas le seul motif de satisfaction franco-française qu’offre ce sondage. Il apparaît également qu’en matière de comportements à risque les résultats des Français soient satisfaisants. Si 53 % des Américains avouent avoir déjà eu des rapports sexuels non protégés à risque, les Français, plus prudents ou moins prompts à reconnaître leurs erreurs, ne sont que 37 % à confesser pareille attitude. Seuls, les Espagnols (36 %) et les Italiens (32 %) se révèlent, dans ce domaine, plus prudents que les Gaulois en matière d’amours protégées.

L’enquête n’est en outre pas sans susciter certaines surprises. Alors que la politique menée actuellement aux Etats-Unis en matière de prévention des maladies sexuellement transmissibles est décriée par tous, parce qu’elle se plairait à vanter l’abstinence plutôt que le préservatif, les Américains en sont pourtant les plus grands utilisateurs (malgré leur tendance aux comportements à risque !) : 83 % des personnes interrogées aux Etats-Unis indiquent en avoir fréquemment recours, tandis que les Italiens font en la matière figure de mauvais élève, avec " seulement " 68 % d’adeptes réguliers. De même, interrogés sur le point de savoir s’ils envisageraient l’avortement en cas de grossesse non désirée, les Américains se montrent moins réfractaires que les Allemands dans ce domaine. Ils sont en effet 23 % à indiquer qu’il penserait à cette solution, tandis que nos voisins d’outre Rhin ne sont que 16 % dans ce cas. Et si l’accès à l’avortement est souvent considéré comme plus facile en Grande-Bretagne ou en Espagne, notamment en raison de délais légaux plus longs, c’est tout de même en France que l’avortement est le plus souvent envisagé : par 45 % des personnes interrogées.

A.H.

Parmi les 237 (bonnes ?) raisons de faire l’amour, les Américains citent le désir de " se rapprocher de Dieu " !

Houston, le jeudi 2 août 2007 – Les Archives of Sexual Behavior ont choisi de publier l’étude de Cindy M. Meston et de David M. Buss, du département de psychologie de l’Université du Texas au cœur de l’été, c'est-à-dire en une période où l’on prétend que les amours sont les plus brûlants. Le sujet étudié par les deux chercheurs américains se prête en effet particulièrement bien à la torpeur du mois d’août : les psychologues texans ont souhaité établir de façon systématique les différentes raisons qui poussent les humains à faire l’amour. Il semble qu’il existe dans cette question : " Why Humans Have Sex ", plus qu’une taraudante interrogation sur les mystères de la chair, mais une profonde réflexion sur le propre de l’homme. En tout état de cause, à l’origine des recherches de Cindy M. Meston et de David M. Buss réside une observation étonnée. " Rares sont les travaux qui s’intéressent aux raisons qu’ont les hommes de faire l’amour. Historiquement, chacun pense en effet que la volonté de se reproduire, d’avoir du plaisir ou de soulager un désir sexuel peuvent seules être mises en avant ", expliquent-ils en effet en introduction. L’intuition des chercheurs présupposait que la réalité est bien plus complexe : leurs résultats auront sans été au-delà de leurs espérances dans ce domaine !

Je voulais changer de conversation !

Les chercheurs ont d’abord interrogé 444 personnes âgées de 17 à 52 ans afin d’établir une liste de motifs d’avoir une relation sexuelle. Les 715 réponses obtenues ont été ramenées à 237 items, afin d’écarter les doublons. Ainsi réduite, la liste s’est révélée souvent surprenante. A côté de la classique attirance physique et de la volonté d’avoir du plaisir, figuraient en effet des raisons plus alambiquées tel que le souhait de " changer de conversation ", voire spirituelles comme la volonté de se " rapprocher de Dieu ". D’autres n’ont pas caché des ambitions utilitaristes lorsqu’ils avouent vouloir " brûler des calories ", tandis que certains souhaitent se montrer reconnaissants en expliquant qu’ils ont pu faire l’amour parce que leur partenaire les avaient invités dans un coûteux restaurant. La vengeance peut également se révéler un profond aphrodisiaque, qu’il s’agisse de rendre la monnaie de sa pièce à un partenaire infidèle, voire ce qui se révèle plus inquiétant, d’espérer transmettre une MST.

Les hommes n’hésitent pas à vendre leurs charmes !

Les chercheurs ont classé ces bonnes et mauvaises raisons en quatre catégories. Les premières étaient liées au physique, les secondes à la réalisation d’objectifs (ce qui inclut certains items liés à la promotion sociale), les troisièmes concernaient les sentiments, tandis que les dernières avaient trait au sentiment d’insécurité. On retrouve dans cette dernière catégorie des raisons telles que : " C’était la seule manière d’obtenir que mon partenaire passe du temps avec moi ". Ainsi organisée la liste a été présentée à 1 549 étudiants âgés de 18 à 22 ans de l’Université du Texas. Mettant fin à l’idée reçue selon laquelle les femmes seraient définitivement sentimentales et les hommes uniquement attirés par la performance physique, les participants ont de concert répondu qu’ils faisaient l’amour pour répondre à une attirance physique, pour avoir du plaisir ou pour se sentir bien. Ladies et gentleman n’oublient pas dans cet étrange inventaire à la Prévert la volonté d’exprimer leur amour (quatrième raison la plus souvent citée par les femmes et cinquième par les hommes). Dans la majorité des cas, les hommes et les femmes révèlent un palmarès identique : vingt des vingt-cinq raisons les plus souvent citées sont les mêmes chez les deux sexes. Il apparaît cependant que dans cette mise à jour des raisons d’avoir une relation sexuelle, les hommes citent plus fréquemment des raisons sociales, telle que l’obtention d’une faveur ou d’une promotion.

C’est mon anniversaire !

Outre que son exhaustivité semble impossible à obtenir (de l’aveu même des chercheurs), une telle liste laissée à l’appréciation de 1 549 sujets peut contribuer à l’émergence de classements étonnants. Il apparaît ainsi que la volonté de célébrer un anniversaire est plus souvent citée que le simple fait d’avoir une " opportunité ". Enfin, notons que si les chercheurs souhaitent poursuivre leurs travaux en évoquant mille et une autre raisons de faire l’amour, ils pourront sans doute ajouter le désir d’être inclus dans une étude épidémiologique américaine !

M.P. (JIM.fr du 02 août 07)

Et il faut arreter de fumer, car en plus d’avoir une haleine plus " romantique " vous serez plus en forme

Une raison supplémentaire (et inédite) pour arrêter de fumer, séance tenante !

Publié le 26/07/2007

Tabac et muscles ne font pas bon ménage, mais si on connaît les effets du tabac sur de nombreux organes, on ne connaissait pas très bien ses effets sur le muscle, en dehors des effets vasculaires. Partant de l’hypothèse d’une réduction de synthèse de certaines protéines musculaires chez le fumeur, Anne-Marie Winther Petersen (Copenhague) et une équipe américaine ont comparé chez 8 fumeurs (20 cigarettes/jour depuis 20 ans) et 8 non-fumeurs (4 hommes et 4 femmes dans chaque groupe) de même âge (65±3 et 63±3 ans respectivement) et de même poids (IMC : 25,9±0,9 et 25,1±1,2 kg/m2, respectivement) les réactions à une injection IV de leucine isotopique.

Des échantillons sanguins et musculaires ont ensuite été prélevés afin d’établir le taux de synthèse de protéines musculaires (FSR), le taux plasmatique de leucine (en tant qu’index de la protéolyse totale), l’expression du TNFalpha au sein du muscle, la concentration des marqueurs inflammatoires, associés en d’autres circonstances à la fonte musculaire, ainsi que l’expression des gènes impliqués dans la régulation de la masse musculaire : la myostatine (un inhibiteur de croissance musculaire) ; MAFBx et MuRF-1 (qui encodent pour les ligases de la E3 ubiquitine au sein de la voie protéolytique du protéasome).

Le tabac explose le muscle et l’empêche de se régénérer

Si les auteurs n’ont constaté aucune différence entre les deux groupes pour le taux plasmatique de leucine et les marqueurs inflammatoires, ou le taux de TNFalpha mRNA dans le muscle, il n’en a pas été de même pour la FSR, nettement moindre chez le fumeur (p=0,004) tandis que l’expression de la myostatine et de MAFBx (mais pas de MuRF-1) était significativement augmentée (p<0,05 pour chaque).

Le tabac inhibe donc la synthèse protéique au sein du muscle et augmente l’expression des gènes qui mènent à la destruction musculaire, un cocktail explosif, dont les sportifs devraient s’inspirer pour arrêter tout tabagisme séance tenante !

Dr Dominique-Jean Bouilliez

Winther Petersen A et coll. : Smoking impairs muscle protein synthesis and increases the expression of myostatin and MAFbx in muscle. Am J Physiol Endocrinol Metab 2007 ; Publication avancée en ligne le 3 juillet 2007.

 

En fin je vous rappelle un grand principe du SOU NU KING (le livre qui explique tout ce qui faut à l’empereur) : " pour bien faire l’amour à une femme il faut lui faire l’amour toute la nuit et ne pas éjaculer au petit matin " (l’éjaculation n’ayant qu’un caractère reproductif, elle n’a rien à faire dans la sensualité amoureuse .. d’après Sou Nu).