Ephémérides d'Avril  2010

Pleine Lune le 28 à 12 h 20 (14 h 20 locale), Nouvelle Lune le 14 à 12 h 30 TU (14 h 30 locale)

Le 1er avril à 12 h 00, nous serons le 2 455 288éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Bélier à celui du Taureau le 20 à 04 h 31 TU (06 h 31 locale)

31 mars/1er avril: IV Cuti 4383 ; 12/13 avril : I At Cuti, début des 14 jours delphiniens, qui s’achèvent par Beltaine ; 26/27 avril : I Giamoni : Beltaine (fête du feu de Belos) et mois dédié à Belos, Belenos et Belisama et au chêne (deruos).

 

^ _ ` a b c d e f g h i

Dépistage systématique du cancer du sein : (encore) un pavé dans la mare ?

            Il n’est pas très " politiquement correct " de mettre en doute l’efficacité des programmes de dépistage systématique. Les autorités sanitaires, les principaux acteurs de santé et les associations de patients ont finalement convaincu l’opinion publique que le dépistage systématique était la condition essentielle à la baisse de la mortalité par cancer. Et il ne semble pas de bon ton de le contester. Sans remettre complètement en cause cette affirmation, deux chercheurs et un professeur danois la nuancent, dans une étude récemment publiée dans le British Medical Journal. Ils mettent en doute l’affirmation selon laquelle la baisse de la mortalité par cancer du sein observée au Danemark est due principalement à la mise en place d’un programme de dépistage systématique.

            Le Danemark est un terrain d’étude particulièrement intéressant sur ce sujet, puisque pendant 17 ans le dépistage n’a concerné que seulement 20 % de la population. Un groupe contrôle de patientes non dépistées est ainsi tout naturellement à la disposition des chercheurs.

            Nos auteurs sont partis d’une étude précédente et qui fait référence, réalisée elle aussi au Danemark, et dont les résultats ont été rendus publics en 2005. Olsen et coll. y affirmaient que le dépistage du cancer du sein par mammographie permettait une réduction de 25 % des décès par cancer du sein. Quelques points méthodologiques contestables ont incité nos chercheurs à se pencher eux aussi sur la question en corrigeant ces points litigieux pour donner plus de validité à leur étude : une durée d’observation plus longue, l’inclusion dans l’étude d’une région danoise où le dépistage systématique est bien suivi mais laissée de côté dans l’étude de Olsen et coll. et l’observation de l’évolution dans les groupes d’âge où le dépistage systématique n’est pas recommandé.

            Leurs conclusions risquent d’en surprendre plus d’un et d’en irriter beaucoup. Ils affirment en effet que dans les 10 ans pendant lesquels le dépistage systématique devait porter ses fruits, la mortalité par cancer du sein des femmes pouvant en bénéficier a en effet baissé de 1 % par an dans les régions danoises où il avait cours. Mais la baisse était de 2 % par an dans les zones non concernées par le dépistage. Ils remarquent aussi que chez les femmes trop jeunes pour être dépistées, la mortalité par cancer du sein a baissé de 5 % par an pendant les 10 dernières années et que dans certaines régions du pays, la diminution de la mortalité avait commencé avant la mise en place des programmes de dépistage.

            Les auteurs estiment que ces résultats vont dans le même sens que d’autres travaux réalisés aux Etats-Unis, au Royaume Uni ou en Suède. A la question de savoir comment peut s’expliquer la baisse de la mortalité constatée, ils répondent qu’elle serait due plutôt à des modifications des facteurs de risque et aux progrès thérapeutiques réalisés dans la prise en charge des cancers au cours de la dernière décennie.

            En attendant les conclusions d’autres évaluations de l’impact des campagnes de dépistage, qui espérons-le ne manqueront pas, cette étude rappelle qu’il n’est pas inutile d’évoquer les limites du dépistage systématique et peut-être d’en nuancer les promesses.


Dr Roseline Péluchon sur http://www.jim.fr

Jørgensen KJ .et coll.: Breast cancer mortality in organised mammography screening in Denmark: comparative study. BMJ 2010;340:c1241