Ephémérides de Avril 2006

Pleine Lune le 13 à 16 h 41 (18 h 41 local) Nouvelle Lune le 27 à 19 h 45 TU (21 h 45 local)

Le 1er avril à 12 h 00, nous serons le 2 453 827éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Bélier à celui du Taureau le 20 à 05 h 27 TU (07 h 27 local)

31 mars/1er avril : V at Ogroni 4379 ; 10/11 avril: I Cuti : mois dédié à Esus et au noisetier (coslos).

^ _ ` a b c d e f g h i

HUMEURS … sombres

 

GRIPPE

Une infection aiguë respiratoire par le virus influenza, responsable de fièvre, coryza, toux, céphalées, malaise et inflammation des muqueuses respiratoires.

Le terme " grippe " est souvent utilisé de manière incorrecte dans le langage commun et par certains professionnels de santé, pour désigner des infections respiratoires qui ne sont pas, en réalité, causées par le virus de la grippe.

Alors où sont les mesures de protection respiratoire ? Détruire tous les stocks de tabac ! violent, mais nécessaire pour éviter que certains continuent de fumer, de s’enfumer et de nous enfumer, donc de nous fragiliser sur le plan respiratoire. Et limiter la circulation des véhicules à moteur, comme par exemple fermer l’intérieur des villes de 09 h 00 à 18 h 00 aux voitures, en privilégiant les transports en commun et les deux roues (dans la mesure où ceux-ci ne polluent pas).

Rien n’est prévu, pas le moindre geste en ce sens … cela nuirait peut-être au commerce ?

 

" Loi antitabac : Villepin osera-t-il mettre le paquet ? " (Libération )

Matthieu Ecoiffier, dans Libération, note en effet que " depuis un mois, l'objectif de proscrire la cigarette dans les lieux à usage collectif n'est plus une priorité gouvernementale. La présentation d'un projet de loi en Conseil des ministres, prévue pour le 22 mars, a encore été reportée ".
Matthieu Ecoiffier estime que " la perspective de passer auprès des jeunes pour un gouvernement qui leur interdit de fumer dans les bars, après avoir permis aux patrons de les virer sans motif, a provoqué quelques cauchemars à Matignon ".
Le journaliste cite pourtant le député du Bas-Rhin Yves Bur, qui remarque : " Concernant l'interdiction de fumer, le gouvernement a la chance d'avoir 78 % de la rue avec lui ".
Matthieu Ecoiffier rappelle en conclusion qu’" après l'Irlande, l'Italie, la Norvège et la Grande-Bretagne, l'Ecosse vient de généraliser le "no-smoking" ".

 

Grippe aviaire : " Les ornithologues réhabilitent les oiseaux migrateurs " (Le Parisien, Les Echos )

C’est ce que constate Le Parisien.
Le journal cite ainsi Patrick Triplet, ornithologue spécialiste du Sénégal, qui a déclaré hier : " Cela fait des mois qu’on prêche dans le désert. Les experts officiels de la grippe aviaire prévoyaient une catastrophe avec la remontée d’Afrique des oiseaux migrateurs. Force est de constater qu’elle n’a pas eu lieu ".
Le Parisien rappelle en outre que selon Jeanne Brugères-Picoux, professeur à l’Ecole vétérinaire de Maisons-Alfort (Val-de-Marne), " si le rôle des oiseaux migrateurs comme vecteur de la maladie ne peut pas être nié, […] les volatiles sauvages ne sont pas la seule et unique cause de propagation du virus ".
La spécialiste indique ainsi que " la mondialisation et le commerce de volailles sont l’une des principales causes de la propagation du H5N1 ".
Les Echos se penchent quant à eux sur la " course à la détection de la grippe aviaire ". Le journal explique en effet dans un court article que " les sociétés de diagnostics saisissent l’opportunité commerciale que représente la menace de l’épidémie de H5N1 ", et note que " plusieurs d’entre elles proposent des tests destinés aux humains ".

Encore le commerce qui est en cause, et encore le commerce qui y trouve du profit

 

" Le Sud, pas solvable donc pas soigné " (Libération )


Libération indique sur près d’une page qu’un rapport de l’OMS " pointe les défaillances de l’innovation pharmaceutique dans le monde et avance plusieurs préconisations aux Etats pour faire mentir le "slogan approximatif mais frappant : 90 % de la recherche mondiale ne concerne que 10 % de la population", selon Ruth Dreifuss, la présidente de la commission chargée de ce document ".
Le journal note que " selon le rapport, c’est sans espoir pour les pays du Sud, car "les mécanismes de marché ont pour résultat d’acheminer des ressources insuffisantes aux activités de R & D spécifiquement axées sur les besoins des pays en développement" ".
Libération précise que le rapport de l’OMS " propose de s’appuyer sur la dynamique des "partenariats public-privé", ces organisations à but non lucratif qui planchent sur les maladies du Sud en mêlant les ressources de donateurs privés, de laboratoires publics et d’entreprises privées ".
Le quotidien ajoute que " le rapport préconise que l’OMS coordonne ces mécanismes, et recommande aux gouvernements, du Nord et du Sud, de ne pas rester "passifs" ".

L’erreur est ici sur les mots " innovation pharmaceutique ", car cela veut dire de découvrir un nouveau produit, dès alors brevetable, et monnayable. Donc en utilisant ces termes, nous ne sommes pas dans une logique de santé mais dans une logique commerciale … encore.

Il y a en Afrique notamment, des scientifiques " indigènes " qui ont mis au point des compositions de produits connus, et qui en assurent la distribution, et aussi le commerce. Ils ne bénéficient de crédit de recherche et de marketing, et ne peuvent pas afficher de longues listes d’études sur l’action de ces produits mais des sociétés spécialisées en ethnopharmacologie les aident, et réalisent ces études.

 

" Lutte contre la grippe aviaire : le financement prend du retard " (Le Monde )


Le Monde constate en effet sur une demi page qu’" alors que l'Amérique du Nord, encore épargnée, se mobilise contre une éventuelle contamination, l'Europe tarde à verser les aides promises ".
Le journal note que " la surveillance épidémiologique vétérinaire et la mise en œuvre au plus tôt des règles sanitaires sont une priorité absolue. Or, en dépit des engagements qu'ils ont pris, les pays industriels tardent à financer la lutte contre la grippe dans les pays les plus démunis ".
Le Monde rappelle ainsi : " Alors qu'à Pékin, l'Union européenne s'était engagée pour une aide de 122 millions de dollars, rien, en pratique, n'a encore été décidé ".
Le quotidien ajoute que " Jacques Diouf, directeur général de l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), a rappelé que son organisation n'avait reçu que 16 millions de dollars de la part des bailleurs de fonds présents à Pékin ".
Le Monde observe que " Bruxelles a depuis fait savoir […] que 50 millions de dollars seraient, peut-être, disponibles dès le début du mois d'avril ".

 

H5N1 : un vaccin pour l’homme est en route

Aujourd'hui, le nom H5N1 fait peur : dans les labos de recherche il fait plutôt référence à deux sous-types d’antigènes présents à la surface du virus : l’hémagglutinine de type 5, et la neuraminidase de type 1. Chez les oiseaux, il existe 16 sous-types de virus grippaux pour l'hémagglutinine, mais seuls les sous-types H5 et H7 sont réputés hautement pathogènes chez ces animaux. Or, le problème c'est que ce virus au nom de "mot de passe" peut infecter l'homme et même le tuer. A ce jour, 171 personnes ont été reconnues infectées dans le monde par le H5N1, dont 93 en sont mortes. Environ 200 millions d'oiseaux ont été victimes du virus ou abattus à titre préventif en Asie, Europe et Afrique, les trois continents jusqu'à présent affectés. Ce virus d’influenza, du type A, pourrait provoquer une sévère pandémie avec un nombre important de décès, d’hospitalisations et un désordre immense au niveau des services de santé. Des vaccins efficaces contre ces virus chez l’homme sont nécessaires en urgence et, parmi d’autres, une équipe américaine s’est penchée sur le problème et a livré dans le New England Journal of Medicine les premier résultats de ses travaux.

Joli tableau de fin du monde pour nous dire qu " vaccin " a été testé sur 451 personnes en double aveugle, et qu’à la plus forte dose, cela marcherait. Maintenant il faut faire vite, pour être le premier à le commercialiser … car " ce type de vaccin pourrait être ainsi efficace pour prévenir l’infection par l’H5N1 chez l’homme et, espérons-le, éviter une pandémie comme celle de 1918. "