Ephémérides de Mars 2013

Pleine Lune le 27 à 09 h 28 (10 h 28 locale), Nouvelle Lune le 11 à 19 h 52 TU (20 h 52 locale)

Le 1er mars à 12 h 00, nous serons le 2 456 353éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Poisson à celui du Bélier le 21 à 11 h 03 TU (12 h 03 locale)

28 février/1er mars: VI Ogroni 4386 : Uegilia Smertrii (fête de Smertrios) : Ogronios : mois dédié à Smertrios et à l’Aulne (Uermos). 10/11 ; I At Ogroni : Adaltiaxtonox Noxs (nuit du fostérage) et ALBAN EILER (équinoxe de printemps) (sommet de vitalité) ; 25/26 : I Cuti : Uegilia Esouos (fête d’Esus) : Cutios : mois dédié à Esus et au noisetier (coslos).

^ _ ` a b c d e f g h i

Les boissons light augmenteraient le risque de diabète de type 2

                Parmi les nombreuses idées reçues qui circulent à propos de notre alimentation, on a tendance à croire que les boissons lights seraient moins nocives que les boissons sucrées. Mais selon une étude de l’Inserm rendue publique aujourd’hui, il semblerait au contraire que le risque de développer un diabète de type 2 est plus élevé avec des boissons light qu’avec des boissons sucrées.

                Les grandes consommatrices de boissons light auraient plus de risques de développer un diabète de type 2.

                En France, il y aurait 6,9 millions de personnes obèses, soit environ deux fois plus qu’en 1997 : autant dire que la France ne cesse de prendre du poids, même si les derniers chiffres montrent un ralentissement de cette croissance. Or, cette maladie a des répercussions sanitaires importantes : maladies cardiovasculaires et diabète en tête.

                En France, le diabète touche 3 millions de personnes dont 90% sont atteintes du type 2, celui directement corrélé à nos habitudes de vie. Françoise Clavel-Chapelon (Directrice de recherche Inserm-Université Paris-Sud 11, à l’Institut Gustave Roussy) et Guy Fagherazzi ont cherché à mieux comprendre les liens entre alimentation et diabète. Ils se sont plus particulièrement intéressés à la relation entre la consommation de boissons sucrées et boissons "light" et le risque de diabète de type 2 (une autre étude s'était déjà intéressée aux liens entre obésité et boissons sucrées).

                Les boissons light plus à risques que les boissons sucrées

                Pour ce faire, les chercheurs ont analysé les données issues du suivi de 66 188 femmes de la cohorte E3N*. Ils ont estimé leur consommation de boissons light, sucrées et de jus de fruits (100 % pur jus) à partir de leurs réponses à un questionnaire en 1993. En 2007, ils ont analysé l’incidence de diabète de type 2 chez ces mêmes femmes.

                Résultat : les grandes consommatrices de boissons light (plus de 1,5 litres par semaine) ont 2,3 fois plus de risque de développer un diabète de type 2 que celles qui n’en consomment pas. Chez les amatrices de boissons sucrées, ce risque est 1,5 fois supérieur. Enfin, aucune corrélation n’a pu être établie entre consommation de jus de fruits (pourtant très sucrés eux-aussi) et diabète de type 2. "C’est la première étude français qui met en évidence ce type de rapport" se félicite Guy Fagherazzi.

                Interdire l’aspartame aux diabétiques ?

                Ce résultat surprenant va à l’encontre des idées reçues. Mais pour autant, pas question pour Guy Fagherazzi et ses collègues d'en tirer des conclusions définitives. "Il y a plusieurs limites à cette étude ; la première étant que nous n’avons pas pu mettre en place un suivi de leur alimentation. Difficile dans ces conditions de pouvoir établir un lien net de cause à effet" avouent les auteurs.

                Par ailleurs, cette étude épidémiologique ne permet pas de décrypter les mécanismes à l’œuvre. Le chercheur avancent néanmoins deux hypothèses : "Peut-être, les consommatrices de boissons light ont-elles une appétence plus grande pour le sucre par ailleurs ? Peut-être que ces boissons allégées induisent une sensation de faim plus importante ? Mais pour répondre à ces questions, des études biologiques sont nécessaires" estime Guy Fagherazzi.

                Concernant l’effet des boissons sucrées sur le diabète, il pourrait être dû à la fois au fait qu’à forte dose, ces boissons peuvent induire un surpoids, lui-même pouvant être à l’origine d’un diabète ; et au mécanisme d’insulinorésistance.

                Mais alors, faut-il interdire l’aspartame et autres édulcorants aux personnes diabétiques ? "Là encore, notre étude ne suffit pas pour établir des recommandations de santé publique, ce qui n’est pas dans notre champ d’expertise", reconnaît l’épidémiologiste. "Surtout, d’autres études sont nécessaires pour appuyer ces résultats et valider nos hypothèses". Du côté institutionnel, l’EFSA procède à la réévaluation de l’aspartame et ses conclusions devraient être disponibles en mai 2013.

Yamina Saïdj : jeudi 07 février 2013

http://news.doctissimo.fr/Nutrition/Les-boissons-light-augmenteraient-le-risque-de-diabete-de-type-2-31232

* E3N : Etude Epidémiologique auprès de femmes de la MGEN(Mutuelle Générale de l’Education Nationale), dirigée par Françoise Clavel-Chapelon, directrice de recherche à l’Inserm, est une étude de cohorte prospective portant sur environ 100 000 femmes volontaires françaises nées entre 1925 et 1950 et suivies depuis 1990.

Sources :Conférence de presse, Inserm, 7 février 2013

Consumption of artificially and sugar sweetened beverages and incident type 2 diabetes in the E3N-EPIC cohort., G. Fagherazzi and al, American Journal of Clinical Nutrition