Ephémérides de Mars 2009

Pleine Lune le 11 à 02 h 39 (03 h 39 locale), Nouvelle Lune le 26 à 16 h 07 TU (17 h 07 locale)

Le 1er mars à 12 h 00, nous serons le 2 454 892éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du Poisson à celui du Bélier le 20 à 11 h 45 TU (12 h 45 locale)

20/21 février: I Ogroni : mois dédié à Smertios et à l’Aulne (Uernos).

29 février/1er mars : VI At Anaganti 4382; 09/10 mars: I Ogroni 4382, mois dédié à Smertios et à l’Aulne (Uermos) ; 19/20 mars : ALBAN EILER (équinoxe de printemps) ; 24/25 mars : I At Ogroni : Nox Talamonos (nuit de la Terre) ;

^ _ ` a b c d e f g h i

Pesticides : " Du poison dans nos assiettes "
Le Point, numéro 1902

Le Point publie une enquête sur les pesticides en France, indiquant en préambule : " Effrayant. Ils sont là, dans nos fruits et légumes, dans l’air que nous respirons ".
Le magazine observe en effet que " chaque année, plus de 75 000 tonnes de fongicides, insecticides et autres herbicides sont répandus sur les champs. Ce qui fait de nous le premier utilisateur de pesticides en Europe et le troisième au niveau mondial ".
L’hebdomadaire indique que " des centaines d’études ont été menées sur le sujet. La plupart dressent un même constat : la population agricole affiche un plus fort taux de leucémies, de cancers du sang et de la moelle osseuse, de tumeurs cérébrales ou de maladie de Parkinson ".
" Avec chez les femmes un risque accru de fausses couches ou d’enfants prématurés ",
poursuit Le Point.
Le magazine revient en outre sur les " risques pour le fœtus humain ", et souligne qu’" une partie de ces substances chimiques se retrouve dans notre assiette ".
L’hebdomadaire retient notamment que selon la Répression des fraudes (DGCCRF), " plus de la moitié des fruits, des légumes et des céréales que nous avalons en contiennent, dont 7,6 % au-dessus des limites autorisées ".
Le Point relève que " parmi nos fruits et légumes préférés, le bonnet d’âne revient au raisin (18,9 % d’échantillons hors normes). Rien d’étonnant, la vigne est l’une des cultures les plus arrosées. Le raisin a droit à 13 traitements chimiques par an en moyenne, juste derrière la pomme (27) ".
Le magazine rappelle par ailleurs que " certaines substances peuvent migrer à l’intérieur [des fruits et légumes], jusqu’à 8 millimètres de profondeur ".
L’hebdomadaire note enfin que " les experts n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les critères qui désignent une substance comme "perturbateur endocrinien" ", et se penche sur le " lobbying efficace " des industriels.

Arrêt de l'utilisation d'hormones de croissance : les géants américains de l'industrie laitière s'engagent

http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57982.htm

Depuis plusieurs mois, l'opinion publique américaine est divisée au sujet de l'emploi d'hormones de croissance bovine, rBGH, dans l'alimentation des vaches laitières pour optimiser la production de lait. Cette opposition croissante de l'opinion publique est liée à l'apparition dans les linéaires de nombreux produits (des marques telles que Ben and Jerry's, Michigan milk producer association, California Dairy's, Inc) affichant sur leurs étiquetages la mention "produit 100% sans hormone rBGH".

La Food and Drug Administration, FDA autorise depuis 1993 l'utilisation de cette hormone et sa présence dans les produits laitiers. Une grande partie de la production industrielle de lait aux USA et au Mexique utilise l'hormone transgénique (recombinant bovine somatotropine, rBST) produite et commercialisée par l'entreprise Monsanto. Cette hormone injectée aux vaches permettrait de doubler leur production de lait. D'après plusieurs études, cette hormone aurait de nombreux effets négatifs sur la santé du bétail, mais également sur la santé humaine. En effet, elle serait un facteur cancérigène, particulièrement pour le cancer du sein, de la prostate et du colon. Elle entraînerait par ailleurs, la baisse dans le lait, du niveau d'une autre hormone appelée IGF-1 (facteur de croissance insulinique de type 1). L'hormone rBGH n'est pas autorisée dans l'Union Européenne, ni dans de nombreux autres pays tels que la Nouvelle Zélande, l'Australie...

Face à la pression grandissante d'associations de consommateurs telles que l'OCA's milions against Monsanto campaign, les grandes entreprises de la filière ont du annoncer qu'elles renonçaient à l'utilisation de cette hormone et que tous leurs produits seront complètement "rBGH free" d'ici août 2009.

Cette décision a été prise le 28 janvier dernier, par un conseil d'administration composé de 15 directeurs d'industries laitières (Dannon, General Mills avec Yoplait...) et de 14 coopératives laitières. L'Association Internationale de produits laitiers (International Dairy Federation) avait, quant à elle, déclaré dès 2008, qu'elle n'obligeait pas les industries laitières à supprimer l'hormone de leurs produits, bien qu'elle le leur conseillait vivement. Cette association s'engageait à encourager le développement de recherche visant à la mise au point de nouvelles techniques d'optimisation de la production de lait.

La société Mills a annoncé le 20 février dernier qu'elle allait revoir la formulation de ses produits laitiers, principalement pour sa marque Yoplait, afin de faire disparaître toute trace d'hormones de croissance rBGH dans les produits. "Cela ne remet absolument pas en cause la qualité de nos produits qui contiennent cette hormone" a précisé Becky O'Grady, le vice président marketing du groupe Yoplait, "c'est juste que nous avons remarqué que nos consommateurs étaient plus sensibles aux produits ne contenant pas cette hormone." Dannon, la troisième plus importante entreprise de produits laitiers aux USA, a fait la même annonce le 23 février dernier et précise que cette décision n'a pas été prise pour des causes sanitaires mais uniquement dans le souci de répondre aux préférences de ses consommateurs.

Un livre intitulé "what's in your milk" a récemment été publié aux Etats Unis par le docteur Epstein, qui s'appuie sur de nombreuses études scientifiques réalisées par des scientifiques du monde entier, pour illustrer les dangers liés à la présence de cette hormone dans le lait.

Origine :

BE Etats-Unis numéro 155 (27/02/2009) - Ambassade de France aux Etats-Unis / ADIT - http://www.bulletins-electroniques.com/actualites/57982.htm

Malheureusement cela ne semble concerner que l’hormone de type transgénique, et non l’hormone dite " naturelle "