Ephémérides de février 2014

Pleine Lune le 14 à 23 h 54 (le 15 à 00 h 54 locale), Pas de Nouvelle Lune

Le 1er février à 12 h 00, nous serons le 2 456 690éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du Verseau au Poisson le 18 à 18 h 01 TU (19 h 01 locale)

31 janvier/1er février ; VII Anaganti : Imbolc (lustration), lactation des brebis, Anagantios : mois dédié à Brigantia et à l’Aubépine  (Spetes) ; 08/09 ; XV Anaganti : Noxs Marcacion (nuit des chevaliers). 09/10 : I At Anaganti : Nox Talamonos (nuit de la Terre-mère) ;23/24 : I Ogroni 4386: Uegilia Smertrii (fête de Smertrios), Ogronios : mois dédié à Smertios et à l’Aulne (Uermos).

 

^ _ ` a b c d e f g h i

Arrêter de fumer, c’est bon pour le moral !

            De nombreux fumeurs disent vouloir arrêter leur tabagisme mais continuent néanmoins à fumer, au motif qu’ils en retirent un bien-être psychologique. Ils estiment que les cigarettes les relaxent, leur évitent la dépression ou les angoisses ou encore stabilisent leur humeur. Ils craignent de perdre tout cela en arrêtant de fumer. De nombreux travaux ont pourtant démontré une association forte entre le tabagisme et certains problèmes psychologiques. Alors, arrêter ou non ? Une méta-analyse réalisée par une équipe du Royaume-Uni devrait aider les indécis.

            Les auteurs ont retenu 28 études évaluant, à l’aide de questionnaires détaillés, l’état psychologique des fumeurs, certains continuant leur intoxication, d’autres arrêtant de fumer. Les évaluations étaient réalisées au moment du lancement des études puis entre 7 semaines et 9 ans après le début.

            Il est certain que ceux qui pensent que fumer les relaxe trouveront dans les résultats de cette méta-analyse des raisons de revoir leur position. Comparés aux participants qui continuent à fumer, ceux qui réussissent leur sevrage relatent en effet une diminution significative de leur anxiété, de leurs sentiments dépressifs et de leur stress, tandis que leur qualité de vie psychologique s’est améliorée et que leur état d’esprit est devenu plus positif.

            Les résultats sont identiques dans les évaluations réalisées entre 6 semaines et 6 mois de sevrage et restent stables quelles que soient les caractéristiques des patients, qu’il s’agisse de patients en bonne santé ou présentant des pathologies chroniques, mais aussi des patients suivis pour des troubles psychiatriques.

            Pour expliquer ces changements de l’humeur à l’arrêt du tabac, les auteurs s’appuient sur des données biologiques. Le tabagisme chronique est en effet associé à des neuro-adaptations au niveau du cerveau. Ces neuro-adaptations semblent en lien avec des troubles de l’humeur qui apparaissent peu après qu’une cigarette ait été fumée. La cigarette suivante fait disparaître ces troubles, et ainsi de suite. Les auteurs parlent de fluctuations de l’humeur du fumeur tout au long de la journée. Le fumeur attribuerait à tort à la cigarette le pouvoir de calmer ses angoisses. Elle calmerait plutôt, pour peu de temps, des symptômes qu’elle a elle-même déclenchés.

Dr Roseline Péluchon, Publié le 18/02/2014, www.jim.fr/

RÉFÉRENCES

Taylor G et coll. : Change in mental health after smoking cessation: systematic review and meta-analysis.

BMJ 2014;348:g1151doi: 10.1136/bmj.g1151