Ephémérides de Janvier 2005

Pleine Lune le 25 à 10 h 33 (11 h 33 local) Nouvelle Lune le 10 à 12 h 04 TU (13 h 04 local)

Le 1er janvier à 12 h 00, nous serons le 2 453 372éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du Capricorne au Verseau le 19 à 23 h 23 TU (le 20 à 00 h 23 local)

31 décembre/1er janvier VII Riuri: mois dédié à Epona et au sapin; 9/10 janvier: Noxs Runas (nuit du mystère) ; 24/25 janvier : I Anaganti: Imbolc (lustration) mois dédié à Brigantia et à l’Aubépine

^ _ ` a b c d e f g h i

LE TSUNAMI

Un tsunami est éthymologiquement une vague déferlant sur un port (du japonais tsu : port et nami : vague).

Les vagues sont générées soit par une déformation du fond de l'océan (la couche d'eau située au dessus de la faille subit alors un déplacement) soit par des éruptions volcaniques sous-marines soit par des glissement de terrains. Dans les deux derniers cas l'énergie générée est beaucoup moins importante que dans le premier pour lequel l'énergie générée permet de traverser les océans.

Les vagues successives du tsunami ne sont pratiquement pas visibles en mer du fait de leur grande longueur d'onde. D'autre part, leur amplitude en haute mer ne dépasse pas 1 mètre. Par contre, à l'abord des côtes, la remontée du fond et les réflexions-réfractions sur le rivage font diminuer la longueur d'onde de la vague mais l'amplitude augmente et peut atteindre jusqu'à 30 mètres. La vague finit par déferler.

Ainsi, au large la vitesse de propagation des vagues est de 800 km/h alors que près des côtes elle n'est plus que de 36 km/h d'où l'accroissement des vagues jusqu'à plusieurs mètres.

L'intensité d'un tsunami est définie sur des échelles particulières.

L'échelle d'Imamura et Iida :

la magnitude m du tsunami est donnée par Hm=2exp(m) avec Hm la hauteur maximale du tsunami à la côte.

  • m = -1 : c'est un tsunami mineur

    m = 0 : la hauteur des vagues au large est de ~10cm ; la vague la plus forte atteint 1m ; il n'y a pas de préjudice

    m = 1 : la hauteur des vagues au large est de ~25cm ; la vague la plus forte atteint 2m ; dégâts aux maisons et aux navires

    m = 2 : la hauteur des vagues au large est de ~50cm ; la vague la plus forte atteint 4 à 6m ; destruction de navires, pertes humaines

    m = 3 : la hauteur des vagues au large est de ~1m ; la vague la plus forte atteint 10 à 20m ; destruction des côtes sur ~200km

    m = 0 : la hauteur des vagues au large est de ~2m ; la vague la plus forte atteint plus de 30m ; destruction des côtes sur ~500km

  • L'échelle d'intensité modifiée de Sieberg :

  • I : très légère, l'onde est faible perceptible uniquement sur les marégraphes.

    II : légère, l'onde est remarquée par les familiers de la mer sur les rivages très plats.

    III : assez forte, l'onde inonde les côtes en pente douce, les embarcations légères sont échouées, l'écoulement dans les estuaires est renversé.

    IV : forte, le rivage est inondé, les constructions sur la côte sont dégradées, la côte est jonchée de débris flottants.

    V : très forte, inondation générale, destruction des bâtiments, affouillement des terres, pertes humaines.

    VI : désastreuse, destruction des structures, inondation sur une grande profondeur, dommages aux navires, nombreuses victimes.

  • Les tsunamis d'origine tectonique

  • 1960 : effondrement marin au large du Chili. Destruction d'une partie de la ville de Hilo (Hawaï) à 11000 km puis de 5000 habitations au Japon 6 heures plus tard, à 17000 km de l'épicentre. Il y eut plusieurs centaines de victimes.

    1979 : glissement sous-marin en Méditerranée. 6 morts et de nombreux dégâts sur Nice-Antibes.

    1994 : séisme de magnitude 5.9 sur l'échelle de Richter. 200 morts à Java.

  • Les tsunamis générés par des glissements de terrain

  • Les vagues créées par l'impact de blocs rocheux dans l'eau ou de glissements de terrains aériens sont dangereux localement pour des volumes effondrés de quelques millions de mètre cube (un effondrement dans un réservoir de barrage a généré une vague tuant près de 3 000 personnes dans la vallée du Vajont en Italie en 1963). Les tsunamis d'origine volcanique sont plus rares. En Indonésie l'effondrement de la moitié du cône volcanique du Krakatoa a provoqué une avalanche de plusieurs kilomètres cubes qui a généré un tsunami qui inonda plusieurs centaines de kilomètres de côte.
  • Alerte et prévention

    En 1968, le premier système d'alerte des tsunamis pour les côtes pacifiques s'installe à Hawaï.

    http://www.enseeiht.fr/hmf/travaux/CD0001/travaux/optsee/hym/14/tsunami.htm


    Le risque méditerranéen de Tsunamis

    AFP (résumé)

    Le 29 Décembre 2004 - L’île touristique et populaire de Rhodes en Grèce pourrait un jour succomber à un destin similaire à celui de la plage Thaïlandaise de Phuket, ont averti les sismologues grecques, notant que le bassin Méditerranéen a connu des raz de marée dans le passé.

    La Grèce est particulièrement vulnérable avec 50 pour cent de l'activité sismique européenne concentrée dans le pays, et les experts soulignent le manque d'un système d'alerte Méditerranéen. " Il y a eu et il y aura tsunamis dans le Méditerranéen. .. "

    Le sud de l’Italie et la Sicile, ainsi que les littoraux algériens et tunisiens, sont aussi sur la liste des risques élevés, affirme à l’AFP, Gerassimos Papadopoulos du Geodynamic Institut de L'observatoire National D'Athènes. " Il y a eu et il y aura tsunamis dans le Méditerranéen, même si ici ce phénomène est plus rare et moins violent que dans les océans, car la magnitude des séismes est plus réduite et ne dépasse pas 8-8.2 sur l'échelle de Richter. "

    Sur les précédents millénaires, 20 tsunamis ont été enregistrées en Méditerranée, et certains parmi eux furent mortels, tel en 551 le long des côtes Libano-Syriennes, en Égypte au 4ème et 14ème siècles ou à Messine en Italie en 1908, selon Paul Tapponnier, un géologue de l’Institut Physique du Globe de Paris (IPG).

    Selon les experts, 80 pour cent des tsunamis sont en Pacifique, 10 pour cent dans L'océan Indien et entre 5 et 10 pour cent en Méditerranée où l'intensité est en moyenne plus faible, affirme Philippe Lognonne, directeur du département de géophysique planétaire et spatial de L'IPG.

    Mais dans la théorie, "un tsunami frappant la côte Française du sud en Camargue, un scénario qui ne pas être exclu, pourrait monter jusqu’à la ville d’Arles," qui est 25 kilomètres de la côte, selon Michel Villeneuve, géologue Français à l'université de Provence.

    Le dernier petit tsunami provoqué par un tremblement de terre à Boumerdes en Algérie en Mai 2003 a touché les Îles Baléares et les côtes Françaises sans déplorer de victime.

    Tandis que le Pacifique est équipé d’un système d’alerte dans lequel 26 pays participent, ni la Méditerranée ni L'océan Indien ont un tel système. " Ce qui est arrivé en Asie va peut-être nous faire réfléchir ".

    Patrick Simon, chef du bureau de risques naturels au Ministère Français D'environnement, dit que la France a commencé une évaluation sur le risque de fréquence de tsunamis. "L'alerte est compliquée par le fait que la Méditerranée ne fait que 1.000 kilomètres de large, qu'un tsunami traverse en une heure".


     

    Le dernier ECOLOGISTE (n°14, dossier sur l'agroécologie) est paru:

    avec des alertes pour lesquelles il faut rester éveillé: Sauver les semences: avec le réseau semences paysannes, ou l'association Kokopelli.
      La relance du programme nucléaire sans consultation démocratique.
      L'accord général sur le commerce des services (AGCS) de plus en plus menaçant.
      Le dégradation de notre environnement et son incidence sur le cancer.
    Et aussi: Une nouvelle méthode pour cultiver le riz avec des rendements extraordinaires.
      La stevia: plante du Paraguay au pouvoir sucrant exceptionnel.