EPHEMERIDES DE JANVIER 2000

Pleine Lune le 21 à 04 h 42 TU (05 h 42 local)

Nouvelle Lune le 6 à 18 h 15 TU (19 h 15 local)

Le premier janvier à 12 h 00, nous serons le 2 451 545éme jour du calendrier Julien

Pour les naissances, le soleil passera du signe du capricorne à celui du verseau le 20 à 18 h 24 TU (19 h 24 local)

^ _ ` a b c d e f g h i

Le calendrier julien

Sous la République romaine, l'année ne comptait que 355 jours, les jours manquants étant ajoutés tous les deux ans, entre le 23 et le 24 février, pour former avec les cinq derniers jours de février le mensis intercalis (mois intercalaire). Cette opération était laissée au bon vouloir des pontifes qui ne s'acquittaient pas toujours bien de leur tâche, ce qui fait que le calendrier n'était plus en rapport avec les saisons.

Pour mettre de l'ordre, Jules César commença par ajouter 90 jours à l'année 46 avant J.C. (qui compta donc 445 jours et fut appelée l'année de la confusion) et instaura le cycle actuel de 4 ans avec trois années de 365 jours et une année de 366 jours. Le jour supplémentaire, obtenu en doublant le 24 février, sixième jour avant les calendes de mars, fut appelé ante diem bis-sextum kalendas Martias, d'où notre bissextile.

Correspondance avec notre calendrier

Les Romains nommaient chaque année du nom des consuls en exercice, puis en années de règne des empereurs. Ils comptaient également les années à partir de la date mythique de la fondation de Rome : ab urbe condita (A.U.C.). En 532, le moine Denis le Petit fixa arbitrairement la naissance du Christ au 25 décembre 753 A.U.C. et l'an 1 de l'ère chrétienne équivaut donc à l'an 754 A.U.C. (Il n'existe pas d'année 0).

L'année 1997 ap. J.-C. correspond donc à l'année 2750 A.U.C. En 1582, le pape Grégoire XIII supprima 3 années bissextiles sur 100 pour effacer la différence de 11 minutes 14 secondes qui subsistait entre l'année julienne et l'année solaire. Le décalage entre le calendrier julien et notre calendrier (dit grégorien) est actuellement de 13 jours (le 13 mars 1900 était exactement le 29 février julien). Ceci explique la différence de 13 jours que vous pouvez constater entre la date d'aujourd'hui donnée ici selon le calendrier julien et la date habituelle du calendrier grégorien.

 

Histoire du calendrier

Notre calendrier actuel, le calendrier grégorien, doit son nom au pape Grégoire XIII qui en fit établir les règles au XVIe siècle. Il s'agissait d'améliorer un calendrier beaucoup plus ancien, le calendrier julien, dont le nom évoque sa création par Jules César 16 siècles plus tôt, sur les conseils d'un astronome d'Alexandrie, Sosigène

" Enfin, voici l'héritage qui est contenu dans cette merveille technologique du monde moderne - une montre à quartz. Son cadran est divisé selon un procédé élaboré à Babylone ; les jours sont au nombre de sept selon une vieille croyance astrologique qui associait les jours aux sept astres stellaires connus par le monde ancien ; nous devons notre répartition de l'année en 12 mois à une erreur qui remonte à l'époque de la fondation de Rome, et son bon fonctionnement à la prévoyance d'un empereur romain et aux connaissances d'un astronome d'Alexandrie ".

Histoire de l'astronomie, L.M. Celnikier. Technique et Documentation - Lavoisier 1986

Le calendrier julien

Dans ce système, la durée de l'année est fixée à 365,25 jours selon un cycle de quatre années où les trois premières comptent 365 jours et la quatrième 366. Par analogie avec l'ancien calendrier romain, où des mois entiers étaient ajoutés entre le 23 et le 24 février, le jour supplémentaire est introduit par doublement du 24e jour de février. Ce jour étant nommé " 6e jour avant les calendes de mars ", le jour supplémentaire devient " bis-sextus calendas martias ", qui a donné le terme bissextile.

Chronologie julienne

Ce calendrier fut mis en place le 1er janvier de l'année 708 après la fondation de Rome, qui allait devenir 46 avant J.C. Malheureusement, la règle fut tout d'abord mal appliquée : on comptait une année bissextile sur trois au lieu d'une tous les quatre ans. La méthode correcte ne fut imposée qu'en 8 avant J.C. par l'empereur Auguste, petit-fils de Jules César. le temps de procéder aux corrections, ce n'est qu'en 5 après J.C. que la chronologie julienne démarra vraiment.
La chronologie partant de la naissance du Christ ne fut introduite qu'en 525 par le moine Denys Le Petit, qui proposa également l'expression " Anno Domini ". Adoptée immédiatement par l'Église, il faudra plusieurs siècles pour que son usage soit définitivement répandu dans la société civile (à partir de 1000 en France).

Limites du calendrier julien

La durée de l'année julienne est trop longue d'un peu plus de 11 minutes (365,25 jours au lieu de 325,2422). Accumulé au fil des ans, ce décalage finit par faire retarder le calendrier de plusieurs jours. En 325, au concile de Nicée dont le but était de fixer la date de Pâques, on constata que l'équinoxe de printemps, que les observations de Sosigène avait placé le 25 mars, tombait en réalité le 21 mars. Cette écart fut attribué à une erreur de Sosigène et l'équinoxe de printemps, base de la détermination de la date de Pâques, définitivement fixé au 21 mars.
Les observations de Sosigène comportaient effectivement des erreurs, mais la cause principale du décalage était bien l'imprécision de l'évaluation de la durée de l'année. Amplifié au fil des siècles, le décalage entraîna une célébration de Pâques de plus en plus tardive. Après plusieurs tentatives (Avignon, 1344 ; Constance, 1415 ; Bâle, 1434), le Concile de Trente (1545 - 1562) chargea le Pape Grégoire XIII, qui avait été professeur Bologne avant son élection, à procéder à une réforme qui fut adoptée 10 ans plus tard.

La réforme grégorienne

En 1582, l'équinoxe de printemps était en avance de 10 jours sur la date fixée au Concile de Nicée (11 mars au lieu du 21 mars). Pour rester cohérent avec la règle de détermination de la date de Pâques établie au concile de Nicée, le pape Grégoire XIII, chargé de réforme par le concile de Trente, proposa de supprimer 10 jours à l'année 1582 ; le jeudi 4 octobre fut ainsi immédiatement suivi du vendredi 15 octobre. Mais il fallait éviter de nouvelles dérives.
A l'époque, les différentes estimations de la durée de l'année donnaient des valeurs proches de 325,2425, soient 365 + 97 / 400 et pour éliminer trois années tous les 400 ans, on décida que les années séculaires ne seraient plus bissextiles, comme 1700, 1800 et 1900 , sauf celles dont le siècle est divisible par 4, par exemple 1600 et 2000.
Malgré tout, l'année grégorienne est encore trop longue, de presque 26 secondes et il faut s'attendre à d'autres retards dans la date de l'équinoxe (3 jours en 10 000 ans !). D'autres phénomènes compliquent encore le problème et à ce niveau d'imprécision il n'est peut-être pas nécessaire de convoquer tout de suite un autre concile!

  • retour sommaire éphémérides mensuelles
  • retour sommaire thèmes des éphémérides
  • retour sommaire général